Wednesday, 27 November 2013

Il grandit, je m'adapte

Chaque jour qui passe, Léonard vieillit un peu. Rien de spectaculaire ici. Ce qui est spectaculaire par contre, c'est la vitesse à laquelle un enfant change, la vitesse à laquelle ils apprennent des tonnes de nouveaux trucs. À ce stade, j'ai l'impression que chaque jour m'apporte une nouvelle aptitude, un nouveau mot. C'est vraiment fascinant, émerveillant, mais aussi un peu éprouvant. Éprouvant parce que cela implique que je dois m'adapter à la même vitesse que lui change, c'est-à-dire ultra rapidement.

Je suis très fière qu'il soit capable de me demander du yogourt (oh-gour), mais ça ne veut pas dire qu'il pourra en manger à tous les repas (fréquence à laquelle il en demande). Je trouve ça très mignon lorsqu'il répète encore! encore! (ah-cor, ah-cor) après son histoire du soir, mais si je l'écoutais, j'y serais encore à minuit. C'est excitant quand son enfant commence à communiquer ses désirs autrement que par des pleurs, mais je n'ai pas envie de devenir son serviteur non plus.



Léo qui grandit tellement vite!



Son petit caractère est en train de se former et même si je sens bien qu'il est encore impossible de raisonner avec lui, je sais que mes actions aujourd'hui, auront des effets plus tard. C'est peut-être ce que je trouve le plus dur de l'âge dans lequel se trouve Léo, l'impossibilité de raisonner. Comment on explique à un bébé de 16 mois que ce n'est pas gentil de mordre, dangereux de toucher au four et que veux-veux-pas, il faut en manger des légumes. 

Je me rends compte qu'être autoritaire ne m'est pas inné, mais j'ai envie que Léonard grandisse dans un environnement structuré et où les limites sont claires. Je pense que nous en serons tous les deux plus heureux. Alors ensemble on pratique nos non, lui pour les carottes, moi pour les crises.



No comments:

Post a Comment

J'adore lire ce que vous avez à dire !