Wednesday, 12 March 2014

La neige de mars

Les tempêtes de mars sont toujours les pires, surtout celles qui arrivent après l'heure avancée. Comme si en avançant l'heure, notre inconscient bannissait toute possibilité d'une nouvelle chute de neige. Lorsqu'elles s'abattent sur nous, parce qu'elles finissent inévitablement par le faire, c'est comme une taloche en plein milieu du manteau printemps qu'on avait prématurément sorti.

La neige de décembre nous rend fébrile, celle de mars nous donne la nausée. Je ne saurais dire si nos hivers sont si longs que ça, mais ils semblent interminables. Les changements climatiques nous donnent de faux espoirs avec quelques journées plus clémentes, et paf! on se réveille sous vingt centimètres de neige. 

Je crois que mon aversion à la neige provient seulement de mon statut de détentrice d'automobile. Déneiger son auto, pelleter l'entrée, sortir du banc de neige, se creuser un trou dans un banc de neige, les mauvaises conditions routières (a.k.a trafic monstre). Ce sont les seules choses qui me déplaisent réellement des tempêtes, de décembre à mars. Enlevons tout ça et il reste un tourbillon de flocons dans le ciel et les yeux émerveillés de Léonard.









Je suis apparemment très fidèle à mes convictions, puisqu'à pareille date l'année passée, j'arrivais au même constat! Décidément, la neige de mars ne me sied pas du tout.

No comments:

Post a Comment

J'adore lire ce que vous avez à dire !