Thursday, 12 February 2015

Deux mains, deux bébés

Depuis qu'Ella est née et que Dom est retourné au travail, je m'étais mis dans la tête que de garder les deux enfants avec moi à la maison serait extrêmement difficile. Deux petites bêtes qui demandent énormément d'attention, qui n'ont pas un gramme de patience à eux deux et juste une maman pour s'occuper de tout le monde, toute la journée. Je sais que bien des mamans (et des papas aussi) sont à la maison avec leur marmaille, souvent plus grosse que la mienne et s'en tirent très bien, mais je ne me sentais pas prête.

La semaine dernière, une fièvre récalcitrante m'a contrainte à garder mon poulet à la maison le temps qu'il se rétablisse. C'est donc avec une nuit de 3h derrière la cravate et un bébé grincheux que j'ai affronté ma première journée solo avec les bébés. À ma grande surprise, elle s'est déroulée tout en douceur. Léonard, n'étant pas au meilleur de sa forme, s'est endormi sur le divan en matinée, me laissant le temps de nourrir Ella tranquillement et me reposer un peu. Plus tard dans la journée, avec la petite bien calée dans le porte-bébé, j'ai emmené Léo manger un croissant au café du coin. Il n'y a rien comme des pâtisseries craquantes pour remettre un bambin d'aplomb. 

La journée a passé comme un coup de vent, sans incidents majeurs. Léo a vite compris le principe du nouveau-né qui tète tout le temps et venait me chercher aux premiers pleurs car la petissoeur veut le lait de maman. Pendant les tétées, il jouait seul, attendant patiemment que nous ayons terminé. J'ai été surprise de sa coopération! Lorsque Dom est rentré de travailler, le souper était presque prêt, la maison (suffisamment) propre et les enfants (relativement) calme. 





Puis, comme la fièvre n'a pas voulu baisser dans un délai raisonnable, j'ai du le garder à la maison une deuxième journée et l'emmener voir le docteur. Avec ma confiance nouvellement acquise, je n'étais pas trop inquiète par cette perspective et comme de fait, tout s'est très bien passé. En gros, Ella a dormi tout le long et Léonard a été très patient (et n'a même pas pleuré lors de la culture de gorge!).




Je ne sais pas pourquoi je doutais de mes capacités à m'occuper de mes propres enfants. Il y tant de choses comme ça, qui donnent l'impression d'être insurmontables, comme des immenses montagnes au sommets inatteignables. On regarde les autres faire sans problèmes ce que nous n'osons pas en se disant : surhommes! Jusqu'au jour où on n'a plus le choix, on doit foncer. Puis sans qu'on le remarque, on a passé au travers nous aussi. Que ce soit un gros projet au travail, un dix kilomètres à la course ou avoir un deuxième enfant. Je me souviens, avant de tomber enceinte d'Ella je me disais comment vais-je faire pour passer à travers une deuxième grossesse, la fatigue, les nausées, (dégobiller), les sautes d'humeur, tout en s'occupant d'un bambin. La réponse est toute simple : on le fait, point. Mieux que ça, on le fait bien!

Maintenant que je sais qu'une journée complète avec mes deux poussins est non seulement envisageable, mais agréable aussi, je vais me trouver des activités plus plaisantes que jouer à la garde-malade. Il y a cette exposion au musée McCord qui me tente énormément. Je vous en donnerai des nouvelles!




No comments:

Post a Comment

J'adore lire ce que vous avez à dire !