Thursday, 19 February 2015

Encabanée

Avoir un nouveau-né à la maison en plein hiver implique beaucoup d'intérieur et peu d'extérieur. Avec les températures polaires des dernières semaines, je peux dire que les balades de joies ont été réduites à presque zéro. À part la petite sortie quotidienne pour aller porter Léo à la garderie, je dois me trouver une fichue de bonne raison pour emmener ma mini poulette prendre de l'air. 




J'essaie quand même de me trouver le plus d'activités possibles à l'extérieur de la maison car sinon, je me sens comme un petit hamster pris dans sa cage. Certaines journées, le facteur vent abaisse la température à -35°C et je ne me sens pas le courage d'emmitoufler Ella et d'affronter le froid. Alors, je reste à la maison avec la belette collée à moi. On dirait qu'elle sent qu'il n'y a pas grand chose à faire et qu'elle se dit : bah, je suis aussi bien de boire. Toute. La. Journée. Je me cale dans donc dans mon divan, avec tout ce dont j'ai besoin à portée de main, et enchaine Friends après Friends pendant qu'Ella me tient au chaud.



Mon royaume




Je suis pourtant quelqu'un qui aime bien être à la maison, j'aime la solitude et le calme. Cuisiner, lire, écrire, écouter des téléséries. Mais comme je suis cloîtrée par la météo et non pas par choix, je le supporte très mal. Il n'y a pas grand chose à faire avec une cocotte de huit semaines et les petites sorties quotidiennes ponctuent bien les journées. Aussi banales qu'elles soient ; aller acheter un brocoli, sortir prendre un café, ces activités deviennent le projet du jour. Il y a le avant, le pendant, le après, et juste comme ça, le fameux brocoli aura pris toute la journée. Privée de ces sorties, j'attrape vite ce qu'on appelle la cabin fever.  

En comparaison avec mon petit Léo que j'emmenais partout portant seulement un cache-couche, les milles épaisseurs que je dois mettre sur Ella me paraissent comme autant d'obstacles à ma santé mentale. Habiller Léonard en bonhomme Michelin tous les matins n'aide pas non plus!

Fin février, tout le monde commence à avoir la rage du printemps. Je pense que la mienne n'est qu'exacerbée par mon statut de maman de bébé tout neuf. En attendant que les chaleurs reviennent, je profite des journées comme hier où il fait seulement -15°C pour prendre de longues marches et faire le plein de vitamine D. Puis, celles comme aujourd'hui où il neige vertical, j'essaie d'apprécier de ne pas avoir à me pointer le bout du nez dehors.









No comments:

Post a Comment

J'adore lire ce que vous avez à dire !